Archives expositions personnelles France

Communiqué de presse

Confiée à la commissaire Natasa Petresin-Bachelez, la 7ème édition de la programmation satellite du Jeu de Paume se propose de rendre compte, sous le titre « Histoires d’empathie », du rôle spécifique d’artistes femmes et de leur implication comme chercheuses et militantes. Pour la 2ème exposition de ce cycle, l’artiste Natascha Sadr Haghighian a été conviée à téaliser une production spécifique au lieu et au contexte de la Maison d’Art Bernard Anthonioz.


Une branche est une branche. Et Natascha Sadr Haghighian jure l’avoir vue se mouvoir.
« La nature crée des ressemblances, écrit Walter Benjamin, mais c’est chez l’être humain qu’on trouve la plus haute aptitude à produire des ressemblances et à les repérer. C’est grâce à ce pouvoir d’imitation qu’il parvient à établir des correspondances magiques avec le monde et, partant, à entrer en empathie avec lui. »


















































.
















 







Natascha Sadr Haghighian, Similar, 2014. Photographie de tournage. Courtesy de l’artiste et de la galerie Johann König. Crédit photo : Germain Ferey

  Natascha Sadr Haghighian, Ressemblance
  Maison d’Art Bernard Anthonioz, Nogent-sur-Marne

  20.03 - 18.05.2014

Exposition du 20 mars au 18 mai 2014. Maison d’Art Bernard Anthonioz, 16 rue Charles VII - 94130 Nogent-sur-Marne. Tél.: +33 (0)1 48 71 90 07. Ouverture tous les jours sauf les mardis et jours fériés de 12h à 18h. Entrée libre.




Natascha Sadr Haghighian, Ressemblance

© ArtCatalyse / Marika Prévosto 2014. Tous droits réservés

À l’été 2013, lors de la première visite de Natascha Sadr Haghighian à la Maison d’Art Bernard Anthonioz de Nogent-sur-Marne, une grosse branche se détache d’un vieux platane du parc. Sans révéler le devenir de cette branche ni statuer sur son sort, l’artiste fait d’elle l’élément central de l’exposition. Elle apparaît dans des états différents, tantôt potentiels, tantôt réels (fragment d’arbre, bois mort, planche, paillis, sujet d’un tableau), créant ainsi une correspondance sensuelle avec sa vie présente, passée et future. L’artiste explore la faculté mimétique du spectateur / de la spectatrice, invité/e à reconnaître des expressions familières dans les différentes transformations de l’objet, à produire et à percevoir des similitudes.


À l’origine de l’exposition Ressemblance, qui interroge l’empathie en tant que capacité à émouvoir et à transformer, ainsi qu’à s’émouvoir et à se transformer, se trouve la question : « Que se passe-t-il quand quelque chose ou quelqu’un vieillit ? »

Cette exposition fait partie d’Histoires d’empathie, 7ème édition de la programmation Satellite du Jeu de Paume, élaborée par la commissaire Nataša Petrešin-Bachelez. Quatre artistes femmes ont été invitées à présenter des expositions monographiques tout au long de l’année 2014 : Nika Autor (actuellement au Jeu de Paume, jusqu’au 18 mai), Natascha Sadr Haghighian, Kapwani Kiwanga et Eszter Salamon.



Natascha Sadr Haghighian, Similar, 2014. Photographie de tournage. Courtesy de l’artiste et de la galerie Johann König. Crédit photo : Germain Ferey



Archives expositions personnelles (S)