Archives expositions personnelles France

Archives expositions personnelles (S)

Åsa Sonjasdotter

   Åsa Sonjasdotter, Une histoire de météorologie,
  de nourriture et de révolution
  Musée de la Chasse et de la Nature, Paris
  21.05 - 26.09.2015
  Institut Suédois, Paris
  21.05 - 25.10.2015
  
 
  

© ArtCatalyse / Marika Prévosto 2015. Tous droits réservés

Communiqué de presse du Musée de la Chasse et de la Nature



Lauréate 2014 du prix COAL Art et Environnement, Åsa Sonjasdotter crée une installation éphémère au musée de la Chasse et de la Nature et à l’’Institut suédois. Depuis une dizaine d’années, Åsa Sonjasdotter travaille sur des variétés anciennes de pommes de terre apparues au cours des XVIIIe et XIXe siècles. Son projet artistique explore les liens entre l’évolution du tubercule et l’histoire politique française.































Asa Sonjasdotter

Apparue et cultivée au néolithique dans la cordillère des Andes (actuel Pérou), la pomme de terre est progressivement introduite en Europe à partir du XVIe siècle.


En 1783, une éruption volcanique survenue en Islande a entrainé un dérèglement climatique en Europe centrale. Les pommes de terre ont résisté à ce changement.






© Åsa Sonjasdotter


En France, elles étaient cultivées pour prévenir la famine. Leurs fleurs étaient appréciées comme ornement dans les jardins aristocratiques, comme ceux des hôtels de Guénégaud et de Mongelas. Pourtant, les nombreuses variétés du tubercule connaissent diverses fortunes. La culture de certaines d’entre elles est abandonnée pour plusieurs raisons, en particulier pour leur vulnérabilité à des maladies d’origine virale. Néanmoins, quelques espèces de pommes de terre botaniques sont progressivement réintroduites ces dernières années, dans des aires géographiques précises. Le travail d’Åsa Sonjasdotter considère l’évolution de chacune de ces variétés. Ont-elles été rejetées en raison de l’industrialisation de l’agriculture ? La revitalisation de ces mêmes variétés est-elle le seul fait de quelques fermiers ou de laboratoires de recherche ? Est-elle une condition d’inscription sur la liste des variétés reconnues, une conséquence de la régulation européenne ?


Présenté dans un espace minéral – celui strictement délimité par deux cours d’hôtels particuliers parisiens, l’hôtel de Mongelas (musée de la Chasse et de la Nature) et l’hôtel de Marle (Institut suédois) – le projet Une histoire de météorologie, de nourriture et de révolution résume l’engagement artistique d’Åsa Sonjasdotter sur les questions politiques liées à la biodiversité et à la démocratie. Åsa Sonjasdotter étudie les implications culturelles, politiques et économiques de la domestication de la pomme de terre. A travers ce féculent, elle interroge l’histoire du colonialisme, des échanges commerciaux et des normes de régulation européennes. Ce projet artistique est facteur de cohésion sociale en ce qu’il associe les populations riveraines et incite les visiteurs des deux institutions culturelles à participer à la culture, à la récolte et à la consommation de ces pommes de terre au cours d’une « Skördefest » (fête des récoltes) organisée à l’Institut suédois, le samedi 26 septembre 2015.


Au Musée de la Chasse et de la Nature, l'installation d'Åsa Sonjasdotter est présentée dans la cour du musée, du 21 mai au 26 septembre 2015.


A l'Institut Suédois, l'installation est présent dans la cour, du 21 mai au 25 octobre, dans le cadre de l'exposition collective D'après nature, avec les oeuvres d’Henrik Håkansson et d’Hanna Ljungh. Exposition fermée du 13 juillet au 1er septembre.


Le prix COAL 2015 sera remis à  ナsa Sonjasdotter au Mus馥 de la Chasse et de la Nature le jeudi 17 septembre.